Non, ceci n’est pas une suggestion de titre à acheter ni un article portant sur la nutrition. Il s’agit d’un sujet beaucoup plus important pour votre succès.

Comme tous les parents, je redoute l’éternelle question quotidienne : « Qu’est-ce qu’on mange-t-on pour souper ? » et en ce temps de confinent « Qu’est-ce qu’on mange-t-on pour diner ? » (wow deux pré-ados ça mange beaucoup et SOUVENT!)

Après une journée bien remplie, le choix du menu pour le souper est parfois la dernière décision que je souhaite prendre. Je suis certaine que c’est aussi votre cas !

Il y a quelques mois, j’ai donc décidé de tenter l’expérience Good Food – vous connaissez, le service de livraison de repas prêts à cuisiner (je ne suis aucunement liée à l’entreprise et il y a plusieurs services semblables).

Certes, la nourriture est très bonne et le concept est assez génial. Cependant, ce n’est pas de cela que je veux discuter aujourd’hui, mais plutôt de votre énergie mentale et de votre prise de décision.

35 000 décisions par jour

Nous prenons une multitude de décisions chaque jour : quoi manger pour le déjeuner, quoi porter, comment organiser notre journée aujourd’hui, quels courriels répondre en priorité, quel appel Zoom dois-je être présent, etc.

En fait, selon un article du Wall Street Journal, un adulte prend en moyenne 35 000 décisions par jour. Vous y pensez ! Pas étonnant qu’on soit fatigué à la fin d’une journée…

Quel est le lien entre les décisions quotidiennes et Good Food ? Ce service m’aide à avoir moins de décisions à prendre et à pouvoir ainsi consacrer toute mon énergie mentale à des choses beaucoup plus importantes pour ma business.

Plus vous prenez décisions pendant la journée, plus votre cerveau est fatigué. Et il est prouvé que cette fatigue mentale réduit notre volonté ainsi que notre capacité à prendre de bonnes décisions.

C’est ce qu’on appelle la fatigue décisionnelle (communément appelée « decision fatigue » en anglais)

« La fatigue décisionnelle ou fatigue de la décision désigne la détérioration de la qualité des décisions prises par un individu après une longue session de prises de décision ou au fur et à mesure que la journée avance », selon Wikipédia.

Pourquoi croyez-vous que Steve Jobs portait toujours un jean bleu, un chandail col roulé noir et des espadrilles ? Que Mark Zuckerberg s’habille presque toujours d’un jean et d’un coton ouaté, et que Barack Obama n’a que deux couleurs de complets (bleu et noir) ?

Ce n’est certainement pas par manque de sensibilité vestimentaire, mais parce qu’ils ont bien compris le concept de fatigue décisionnelle et l’effet de celle-ci sur leur prise de décision.

Six façons de réduire la fatigue décisionnelle

Procrastinez-vous devant certains projets d’affaires ? Vous sentez-vous dépassé ? Manquez-vous d’énergie mentale pour planifier à long terme ? Manquez-vous de motivation pour chercher à améliorer vos pratiques ?

Ce sont autant de signes que vous souffrez probablement de fatigue décisionnelle. Voici six pistes à considérer afin de réduire celle-ci :

1. Prenez moins de décisions

Que pouvez-vous éliminer de votre horaire quotidien ? Peut-être déciderez-vous de toujours manger la même chose au déjeuner, d’éviter à prendre certaines décisions ayant une importance minimale (comme le repas du souper !), d’adopter la même routine le matin et en fin de journée, de réduire le nombre de vêtements dans votre garde-robe afin de restreindre les choix possibles.

2. Commencez votre journée avec les décisions et les tâches importantes

On me demande souvent s’il est mieux de s’attaquer aux tâches faciles ou à celles qui sont les plus difficiles en début de journée. Ma réponse est toujours la même : démarrez votre journée avec les choses importantes (lire vos courriels n’est certainement pas la chose la plus essentielle à faire!).

3. Déterminez votre horaire d’une semaine idéale

Déterminez des plages horaires fixes pour vos rencontres avec vos clients, la prospection, la gestion et l’administration de votre pratique d’affaires, etc. Un horaire régulier vous aidera à être plus efficace.

 4. Systématisez votre pratique d’affaires

Faites-vous des tâches répétitives, telles qu’envoyer des courriels pour confirmer la tenue de vos rencontres ou pour transmettre un message de remerciement après celles-ci ? Créez certains textes types qui vous serviront de canevas.

5. Déléguez certaines décisions

Donnez de la formation et les instructions nécessaires aux membres de votre équipe afin qu’ils puissent prendre certaines décisions eux-mêmes. Cela libérera énormément de temps et d’énergie mentale que vous pourrez consacrer à d’autres tâches.

 6. Dites « non » plus souvent que « oui »

En tant qu’entrepreneur, nous avons tendance à dire trop souvent « oui ». Un projet ou une invitation sont parfois des distractions déguisées en occasions d’affaires. Pensez à dire « non » beaucoup plus souvent que « oui ».

Ces six pistes vous aideront à réduire le nombre de décisions quotidiennes, mais vous en trouverez sans doute d’autres. L’objectif, c’est de « ménager » votre cerveau afin que vous puissiez concentrer toute votre énergie mentale sur les aspects essentiels de votre pratique d’affaires.

Maintenant, allez-y et concentrez-vous sur ce qui fera vraiment une différence, car tout est possible…

C’est toujours avec grand plaisir que je lis vos commentaires. Vous pouvez communiquer avec moi à l’adresse suivante : Sara.Gilbert@Strategist.cc, nous suivre sur LinkedIn, Facebook et YouTube.

 

P.S. Mon équipe et moi travaillons à la création de nouveaux articles et de nouvelles vidéos sur YouTube. Comme toujours, nous voulons qu’ils soient aussi pertinents et utiles que possible. Alors, dites-moi : Quel défi essayez-vous activement de surmonter en ce moment dans votre pratique d’affaires ?