Au nom de l’authenticité ou par manque de temps, « trop busy », la politesse et la civilité pourraient donner l’impression qu’elles sont en voie de disparition. Circonstancielles et basées sur la société, les bonnes manières évoluent. Certaines sont délaissées et d’autres ajoutées. À l’ère de l’universalisation, de l’explosion des modes de communication et de notre souci pour la pollution, ce qui jadis se faisait est peut-être devenu désuet, comme dans ces cinq pratiques.

1) LA FEMME ET L’HOMME; TRAITÉS DIFFÉREMMENT

Du temps où les hommes représentaient la majorité du paysage du travail à l’extérieur des foyers, des égards cavaliers étaient déployés envers les femmes.

L’homme laissait passer la femme devant ou lui ouvrait la porte. Si une dame se levait de table, monsieur se levait aussi et se rassoyait lorsqu’elle quittait et se relevait à son retour, pour se rassoir avec elle. Il lui serrait la pointe des doigts en lieu de faire contact de paume à paume, comme cela se doit lors d’une poignée de main contemporaine, d’égale à égal. Puis madame restait assise lorsqu’on la présentait à un homme.

Aujourd’hui, chez nous ainsi que sur la majorité de la planète, les hommes et les femmes sont sur le même pied d’égal. Par contre socialement, ces gestes galants sont souvent appréciés. À vous d’observer et de valider.

Homme ou femme, voici les pratiques actuelles privilégiées au boulot:

  • Hôte(sse) demandez à votre invité(e) de vous suivre. Vous connaissez le trajet, vous passez devant.
  • Levez-vous lorsque vous êtes présenté. La seule exception est si vous avez une mobilité réduite. Vous devez aussi vous lever quand vous accueillez ou lorsque votre invité(e) quitte.
  • Une poignée de main, peu importe son récipiendaire, est toujours ferme et fait un contact direct, de paume à paume. Attention à la bise et au câlin ! Selon la culture et la croyance, ces salutations pourraient être interprétées comme du favoritisme, de la discrimination ou même de la séduction. En visite, informez-vous avant votre départ de la salutation de choix chez eux.
  • Quand une femme ou un homme se lève pour quitter la table, restez assis. Car si vous vous levez pour un vous devrez vous lever pour l’autre. Bientôt la table ressemblera à un carrousel.
  • Un(e) a les bras pleins, offrez d’aider, tenez la porte et souriez.

2) VOUVOYEZ MADAME ET MONSIEUR; LE RANG ET L’ÂGE

Selon le poste, mais surtout la culture organisationnelle, une personne plus séniore ou plus âgée n’est plus nécessairement distinguée par l’utilisation de son titre de civilité Monsieur ou Madame suivi du nom de famille.  Le milieu de travail étant de plus en plus homogène et non hiérarchique, il est habituellement acceptable d’utiliser le prénom de vos collègues et clients.

À l’international, comme en Europe, l’utilisation du prénom pourrait être trop familière. Ce manque de respect peut vous nuire et mal débuter une nouvelle relation d’affaires.

Le vous est encore de mise. Si vous êtes subalterne ou plus jeune et qu’on vous invite au tutoiement, acquiescez.  Ne renchérissez pas en mentionnant que c’est ainsi qu’on vous a élevé. Cette insistance est malaisante et peut être perçue comme de la prétention.

Si vous êtes plus âgé ou en autorité et que vous souhaitez qu’on vous tutoie, c’est à vous de l’indiquer.

3) PAS DE COUDE À TABLE

Selon le folklore, les chevaliers improvisaient des tables pour leurs festins. Des planches de bois étaient placées sur des échafauds. Si quelques voisins de table mettaient en même temps leurs coudes sur la table, la table basculait… Bye-bye buffet!

De nos jours les tables sont stables, mais peu d’espace est disponible pour mettre les coudes à table en mangeant. Tant qu’on mange, les coudes ne sont pas permis. Entre les plats, c’est acceptable de déposer un ou deux coudes sur la table.

4) ON « TOASTE » QU’AVEC DES BULLES

Auparavant on toastait exclusivement avec des bulles.  Aujourd’hui vous pouvez toaster avec de l’eau plate ou toute autre boisson de votre choix.

Si vous ne souhaitez pas boire d’alcool, qu’on vous a déjà servi un verre de bulles et que vous n’avez pas de verre d’eau à votre portée, faites semblant en levant le verre. À votre santé!

5) UNE NOTE DE REMERCIEMENT PAPIER PAR LA POSTE, C’EST MIEUX

Selon le processus ou l’occasion, considérez d’envoyer des cartes de papier recyclé.

Inquiet de la planète plusieurs ont pris le virage vert et remercie virtuellement.  Une note de remerciement manuscrite à la main envoyée la poste pourrait aussi se rendre trop tard, après la sélection du nouvel employé.

Dans le doute de ce qui se faisait avant et ce fait encore maintenant, faites comme ma grand-mère maternelle Florina le recommandait « Dans le doute, on s’informe ». Cette quête empathique d’informations sera toujours à la mode. Informez-vous à vos pairs, votre patron, le service des ressources humaines, votre hôte ou une spécialiste de l’étiquette. À votre service!


À propos de Julie Blais Comeau
Spécialiste de l’étiquette
Étiquette Julie

Julie Blais Comeau est la spécialiste de l’étiquette; conférencière, auteure et collaboratrice média. Elle est la fondatrice et d’etiquettejulie.com, une firme dédiée à l’enseignement des relations interpersonnelles : étiquette, protocole, service à la clientèle et intelligence culturelle. Avec une solide expérience à titre de directrice des ressources humaines ainsi que gestionnaire, Julie éduque, informe et guide afin que chacun rayonne au boulot et dans sa communauté.