Écoutez l’article

 

Mais, svp, ne vous mettez pas à chanter !

Alors que le déconfinement s’amorce, les bureaux commencent à rouvrir de plus en plus, le « retour à la normale » est en vue.

Mais que veut dire « retour à la normale » ?

Vous le savez, mon objectif est toujours d’amener de l’intentionnalité dans nos vies… Vous souvenez-vous, en 2017, alors que Céline Dion présentait sa gamme de sacs à main durant un point de presse, elle avouait que son gérant (et mari) était très protecteur et s’occupait de tout pour elle à l’avance, que tout était déjà décidé, que tout était déjà fait — elle n’avait rien à dire, simplement à exécuter.

À la fin de son intervention, elle dit « maintenant, ben… c’est moi le boss ». Qu’à partir de ce moment, c’est elle qui prenait les décisions concernant ses spectacles, ses enfants, ses sacs à main…

Nous sommes devenus entrepreneurs pour la liberté de faire les choses à notre manière. Mais souvent (trop souvent), je rencontre des entrepreneurs esclaves de leur entreprise. Ils ont échangé 1 boss pour 253 boss (leurs clients)

  • Je dois faire des rencontres clients les soirs.
  • Il faut que ma messagerie, mes courriels, mon téléphone soient disponibles en tout temps si un client me contacte.
  • Je rencontre mes clients quatre fois par année, car c’est ce qu’ils apprécient ou demandent.
  • J’ai trop de clients, mais je les garde.
  • J’ai toujours offert des cadeaux à Noël donc je ne peux pas arrêter, mes clients ont des attentes et seront déçus.
  • Etc., etc., etc.

C’est comme s’ils avaient construit eux-mêmes leur prison d’or et s’y sont enfermés eux-mêmes (tout en ayant la clé pour sortir dans leur poche…)

Et si vous vous disiez « maintenant, ben…c’est moi le boss » de ma vie, de ma business, de mon temps — que feriez-vous différemment ?

Lorsque je demande cette question à mes clients, j’ai toujours la même réaction : une grande expiration, un sourire et des rêves de liberté :

  • Je ne travaillerais jamais le soir.
  • Je ferais au moins la moitié de mes rencontres en virtuel.
  • Je laisserais aller une partie de ma clientèle pour avoir davantage de temps pour moi.
  • Je travaillerais du chalet tout l’été.
  • , etc., etc.

Et vous, quelles seraient vos réponses ?

Maintenant, pourquoi ne pas créer votre « retour à la normale » comme un « retour à ce que, moi, je veux vraiment » ?

Car pour aider nos clients à concrétiser leurs rêves, il faudrait peut-être concrétiser les nôtres en premier…

Allez, faites une Céline de vous !

Sara

C’est toujours avec grand plaisir que je lis vos commentaires. Vous pouvez communiquer avec moi à l’adresse suivante : Sara.Gilbert@Strategist.cc, me suivre sur LinkedIn, Twitter, Facebook, YouTube et maintenant (par pur plaisir) sur Instagram.

La période d'inscription pour la cohorte de 2021 est maintenant terminée...

Vous voulez ne rien manquer du prochain lancement? Entrez votre nom et courriel pour ne rien manquer!

Merci! Vous êtes sur la liste d'attente.